Retour
Compris dans l'abonnement

Goldorak

Conception graphique Mathilde LAURENT
  • Vente générale : 11/10/2021
  • Premier jour : du 08/10/2021 au 09/10/2021
  • Dédicaces : Voir les dates

Description

« Goldorak, go ! Va accomplir ta mission dans l’infini des galaxies, poursuis ta lutte infernale du bien contre le mal. » Toute une génération de petits Français a fredonné la chanson de l’un des génériques de cette série animée, apparue sur le petit écran un jour de juillet 1978 et devenue un succès aussi imprévisible que fulgurant.

Durant 74 épisodes, Goldorak, robot géant aux cornes jaunes, et son pilote, le prince Actarus venu de la planète pacifique Euphor, ont protégé la Terre contre les forces maléfiques de l’empire Véga et ses terrifiantes machines de guerre, les Golgoths.

Produite et réalisée par le géant japonais de l’animation Toei, la série fut d’abord diffusée au Japon (1975) d’après un manga de Go Nagai. Cette légende vivante du genre raconte qu’il trouva son inspiration du robot géant en observant un embouteillage et en imaginant que des pieds poussaient d’un véhicule pour enjamber les autres voitures !

Face aux vaisseaux hostiles, Actarus dispose de tout un arsenal d’armes aux noms aussi fulgurants qu’insolites. Aux commandes du robot, il hurle « Fulguropoing ! » et le poing de Goldorak se détache, détruisant les blindages les plus épais. S’il ordonne l’attaque « Cornofulgure ! », les cornes du robot envoient de terribles décharges, et au cri « Astérohache ! », les clavicules de Goldorak se rejoignent pour former une redoutable hache à deux lames…

Et le mythe Goldorak se met en marche. Insensibles à la mission d’Actarus, les adultes ne retiennent que la violence des combats, quand leurs enfants vibrent pour leur héros au grand cœur, jamais à court de ressource pour triompher des méchants. Utopiste, mélancolique, il rêve d’un monde harmonieux, mais doit pourtant livrer des batailles sans pitié pour préserver la « Planète bleue ». Des années plus tard, son message reste d’actualité. Tout comme son influence sur nombre d’artistes, et toute une génération qui porte son nom.

 

© La Poste – Fabienne Azire – Tous droits réservés

Goldorak go !

Informations techniques

  • Référence produit 11 21 099
  • Présentation bloc de 2 timbres           
  • Impression Héliogravure
  • Illustration Kazuhiro OCHI
  • Mise en page/Conception graphique Mathilde LAURENT
  • Format du Timbre 40,85 x 52 mm | Format du bloc : 105 x 143 mm
  • Tirage 350 000 exemplaires
  • Valeur faciale 1,50 €  International | Prix de vente : 3 €

Informations pratiques

Premier jour

Goldorak

du 08/10/2021 au 09/10/2021

PARIS (75), VALENCIENNES (59)

Le Carré d'Encre, de 10H à 17H
13 bis rue des Mathurins 75009 PARIS
Dédicace : Mathilde Laurent animera une séance de dédicaces de 10H30 à 12H30  et de 14H00 à 16H le vendredi 8 octobre.
Cité des congrès Valenciennes, de 10H à 18H
1 esplanade des Rives créatives de l’Escaut 59410 ANZIN

Disponibilités

  • Le Carré d'Encre
  • Les 2000 plus grands bureaux de poste
  • Par abonnement
  • Service clients commercial de Philaposte
  • Site www.laposte.fr
  • Sur réservation auprès de votre buraliste

Goldorak, go !

« Goldorak, go ! Va accomplir ta mission dans l’infini des galaxies, poursuis ta lutte infernale du bien contre le mal. » Toute une génération de petits Français a fredonné la chanson de l’un des génériques de cette série animée, apparue sur le petit écran un jour de juillet 1978 et devenue un succès aussi imprévisible que fulgurant.

Durant 74 épisodes, Goldorak, robot géant aux cornes jaunes, et son pilote, le prince Actarus venu de la planète pacifique Euphor, ont protégé la Terre contre les forces maléfiques de l’empire Véga et ses terrifiantes machines de guerre, les Golgoths.

Produite et réalisée par le géant japonais de l’animation Toei, la série fut d’abord diffusée au Japon (1975) d’après un manga de Go Nagai. Cette légende vivante du genre raconte qu’il trouva son inspiration du robot géant en observant un embouteillage et en imaginant que des pieds poussaient d’un véhicule pour enjamber les autres voitures !

Face aux vaisseaux hostiles, Actarus dispose de tout un arsenal d’armes aux noms aussi fulgurants qu’insolites. Aux commandes du robot, il hurle « Fulguropoing ! » et le poing de Goldorak se détache, détruisant les blindages les plus épais. S’il ordonne l’attaque « Cornofulgure ! », les cornes du robot envoient de terribles décharges, et au cri « Astérohache ! », les clavicules de Goldorak se rejoignent pour former une redoutable hache à deux lames…

Et le mythe Goldorak se met en marche. Insensibles à la mission d’Actarus, les adultes ne retiennent que la violence des combats, quand leurs enfants vibrent pour leur héros au grand cœur, jamais à court de ressource pour triompher des méchants. Utopiste, mélancolique, il rêve d’un monde harmonieux, mais doit pourtant livrer des batailles sans pitié pour préserver la « Planète bleue ». Des années plus tard, son message reste d’actualité. Tout comme son influence sur nombre d’artistes, et toute une génération qui porte son nom.

© La Poste - Fabienne Azire - Tous droits réservés

Illustration Kazuhiro Ochi et mise en page Mathilde Laurent d’après ©Go Nagai/Dynamic Planning Inc.