Retour
Compris dans l'abonnement

Métiers d'Art - Plumassier

Conception graphique Hélène CAYRE
  • Vente générale : 27/09/2021
  • Premier jour : du 24/09/2021 au 25/09/2021
  • Dédicaces : Voir les dates

Description

Le 27 septembre 2021, La Poste émet un nouveau timbre dans la série Métiers d’Art initiée en 2016. Après le sculpteur sur pierre, le joaillier,  le ferronnier, l’ébéniste, le maroquinier, le tailleur de cristal, le relieur, le facteur d’orgues, le graveur sur métal, le vitrailliste, c’est le savoir-faire du plumassier qui est à l’honneur.

Informations techniques

  • Référence produit 11 21 015
  • Création Hélène CAYRE
  • Présentation 12 timbres à la feuille
  • Impression Mixte offset taille-douce
  • Gravure Line FILHON
  • Format du Timbre 40 x 40 mm
  • Tirage 504 000 exemplaires
  • Valeur faciale 1,50 € International

Informations pratiques

Premier jour

Métiers d'Art - Plumassier

du 24/09/2021 au 25/09/2021

Paris (75)

Le Carré d'Encre, de 10H à 17H
13 bis rue des Mathurins 75009 PARIS
Dédicace : Hélène CAYRE et Line FILHON animeront une séance de dédicaces de 10H30 à 12H30 le vendredi 24 septembre.

Disponibilités

  • Le Carré d'Encre
  • Les 2000 plus grands bureaux de poste
  • Par abonnement
  • Service clients commercial de Philaposte
  • Site www.laposte.fr
  • Sur réservation auprès de votre buraliste

Un peu d'histoire

Elle existe sous l’Antiquité, et probablement dès la préhistoire, dans toutes les civilisations : Grèce, Rome, Égypte, Amérique précolombienne, Amazonie, Afrique, Amérique du Nord, Inde, Océanie, Australie, Chine, Japon… Elle orne les objets religieux ou rituels, le vêtement militaire, la mode, la décoration, le spectacle, la musique, la bijouterie, l’horlogerie.

L’assemblage des plumes est assuré par le collage, la couture et la monture. Le brûlage, la découpe, le frisage, l’oxygénation, le parage, la teinture transforment leur aspect.

La plume a souvent une valeur symbolique et sacrée (en Amérique, parures pour les événements religieux, dont vêtements, bijoux et coiffes, et, pour les rites funéraires, masques et linceuls ; au Japon, manteaux de samouraï, ornements de casques, étuis de lance).

Très présente en Europe du XIIIe au XVIe siècle, elle ne cesse de se développer aux XVIIe et XVIIIe. Les techniques sont exposées dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Son âge d’or va de 1890 à la Première Guerre mondiale. Dans les années soixante, avec la fin du port du chapeau, elle disparaît un temps pour renaître à la fin du XXe siècle quand les créateurs (Alexander McQueen, Philip Treacy, Stephen Jones, Jean-Paul Gaultier…) la remettent à la mode.

Aujourd’hui, la plumasserie se pratique de la même manière, même si la technologie offre de nouvelles possibilités (nouveaux colorants et colles, brûlage et découpe au laser). Elle se pratique dans plusieurs types d’ateliers et chez des artisans : ceux de la mode et de la haute couture, du costume de scène, du cinéma, de l’opéra et du music-hall, de la décoration intérieure et des luminaires, des cabinets de curiosités et dans les ateliers travaillant pour l’horlogerie et la bijouterie.

© La Poste - Dominique Pilliard, plumassier et formateur au Lycée Octave Feuillet -Tous droits réservés

À découvrir : le souvenir philatélique

Impression : feuillet taille-douce, carte offset

Tirage : 30 000 exemplaires                            

Prix de vente : 4,50 €

Réf : 21 21 408

Création Hélène Cayre d’après photos © Lycée Octave Feuillet. Gravure : Line Filhon.