Retour
Compris dans l'abonnement

Olympe de Gouges 1748-1793

Conception graphique Valérie BESSER
  • Vente générale : 29/06/2020
  • Premier jour : du 26/06/2020 au 27/06/2020
  • Dédicaces : Voir les dates

Description

Le 29 juin 2020, La Poste émet un timbre à l’effigie d’Olympe de Gouges, une des pionnières du féminisme français.

Informations techniques

  • Référence produit 11 20 009
  • Présentation 30 timbres à la feuille
  • Impression Héliogravure
  • Illustration portrait attribué à Alexandre KUCHARSKI (1741-1819)
  • Mise en page/Conception graphique Valérie BESSER
  • Format du Timbre 40,85 x 52 mm
  • Tirage 600 000 exemplaires
  • Valeur faciale 2, 32 € (Lettre Prioritaire 100g)

Informations pratiques

Premier jour

Olympe de Gouges 1748 - 1793

du 26/06/2020 au 27/06/2020

MONTAUBAN (82), PARIS (75)

Bureau de poste
6 Allée de l'Empereur, 82000 MONTAUBAN
de 10h à 13h et de 14h30 à 17h au Carré d’Encre
13bis rue des Mathurins, 75009 PARIS

Disponibilités

  • Bureaux philatéliques
  • Le Carré d'Encre
  • Par abonnement
  • Service Relation Clients de Philaposte
  • Site www.laposte.fr

Portrait…

Olympe de Gouges, née à Montauban le 7 mai 1748, dramaturge et pamphlétaire, est la première femme de l’histoire contemporaine européenne à avoir été exécutée pour la publication d’écrits politiques. Depuis 1789, elle a régulièrement adressé à l’Assemblée nationale constituante puis législative, et à la Convention, des adresses, avis, opinions ou pétitions sous forme de lettres, de brochures ou d’affiches qui eurent des échos variables selon les circonstances et les tensions politiques. Ses revendications sociales et sociétales et ses prises de position courageuses par rapport à la violence et à la démagogie qu’elle combattit avec intrépidité, témoignent d’un humanisme exigeant et moderne. On retient aujourd’hui son combat passionné pour l’abolition de l’esclavage colonial des hommes de couleur, dès l’année 1785, cause qu’elle porta à travers une pièce jouée à la Comédie-Française, puis publiée en 1792 sous le titre L’Esclavage des Noirs ou l’Heureux naufrage. Il en est de même de sa dénonciation de la violence faite aux femmes et de ses appels réitérés visant à l’obtention pour elles de droits civils et politiques, un engagement traduit, entre autres, par sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Républicaine et réformiste, elle plaida après les massacres de septembre 1792 pour le respect de l’État de droit appuyé sur la Déclaration de 1789, contre « l’homme providentiel » et la dictature, pour la stricte observance du jeu démocratique et parlementaire. Et ce sont ces prises de parole qui, après le coup de force antiparlementaire du 31 mai 1793, l’ont fait désigner aux Jacobins et à Robespierre comme une « modérée », donc une « contre-révolutionnaire », provoquant son arrestation puis sa mise à mort le 3 novembre 1793, trois jours après ses amis politiques du mouvement girondin.

© La Poste - Olivier BLANC, historien - Tous droits réservés

Mise en page Valérie BESSER, portrait attribué à Alexandre KUCHARSKI (1741-1819), Collection particulière, droits réservés.